Nous sommes actuellement le 21 Juil 2019 15:52

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’étĂ© ]




 Page 1 sur 2 [ 39 messages ]  Aller Ă  la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 01 Jan 2012 15:09 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
On attend toujours la dĂ©cision de la Cour SuprĂȘme mexicaine, qui doit statuer sur le sort de Florence Cassez, condamnĂ©e Ă  60 ans de prison pour enlĂšvements. Six ans aprĂšs son arrestation, les diffĂ©rentes enquĂȘtes menĂ©es par des journalistes français, belges, canadiens, et plus rĂ©cemment mexicains, montrent clairement que tout a Ă©tĂ© truquĂ© dans l'instruction conduisant Ă  sa condamnation. Une enquĂȘte de l'Ă©glise catholique mexicaine, menĂ©e par 27 enquĂȘteurs dirigĂ©s par l'avocat et prĂȘtre Pedro Arellano,conclut Ă  son innocence.

EspĂ©rons que la Cour SuprĂȘme du Mexique saura se montrer indĂ©pendante d'un pouvoir exĂ©cutif qui ne veut pas perdre la face aprĂšs avoir voulu faire de cette affaire un cas emblĂ©matique de sa lutte contre le crime organisĂ©, au mĂ©pris de la prĂ©somption d'innocence.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 08 Mars 2012 12:00 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Nov 2003 02:00
Messages: 11042
Localisation: A la croisée des chemins !
Les derniÚres nouvelles en provenance du Mexique semblent apporter un espoir conséquent.
Il y a quand mĂȘme dans ces pays des instances et des personnalitĂ©s courageuses pour faire face aux magouilles et propagandes mĂ©diatiques des autoritĂ©s en place.
Reste Ă  voir si leur intervention pourra s'avĂ©rer plus forte que l'acharnement du gouvernement Ă  ne pas se dĂ©juger pour ne pas perdre la face. Le combat est encore loin d'ĂȘtre gagnĂ© !!


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 08 Mars 2012 20:30 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Oui, le projet du juge Arturo Zaldivar qui propose la "libĂ©ration absolue et immĂ©diate" de Florence Cassez est un trĂšs bon signe. Il reste maintenant une quinzaine de jours en attendant l'avis de la Cour SuprĂȘme... EspĂ©rons que l'espoir ne soit pas déçu...


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 22 Mars 2012 00:07 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 DĂ©c 2005 01:00
Messages: 1370
C'est mort encore une fois:
Le Monde



_________________
Aux cƓurs fidĂšles, tout est accordĂ©.
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 22 Mars 2012 04:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Nov 2003 02:00
Messages: 11042
Localisation: A la croisée des chemins !
A une voix de juge prĂšs, c'est rageant !! :twisted:
Peut-ĂȘtre quand mĂȘme une rĂ©vision du procĂšs, pour vice de forme ?


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 22 Mars 2012 07:19 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Le coup est rude, mais la situation n'est pas encore dĂ©sespĂ©rĂ©e. Faute d'accord sur le texte du juge Zaldivar, la Cour SuprĂȘme doit voter sur un nouveau texte. C'est la juge Olga Sanchez Cordero, qui a votĂ© hier en faveur de la libĂ©ration de Florence, qui a Ă©tĂ© chargĂ©e d'Ă©laborer ce nouveau projet. Mais le temps passe, et Florence est toujours derriĂšre les barreaux... :cry:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 23 Jan 2013 22:48 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
La Cour SuprĂȘme a enfin dĂ©cidĂ© de libĂ©rer Florence, les dĂ©libĂ©rations ayant Ă©tĂ© publiques et diffusĂ©es en direct Ă  la TĂ©lĂ©.

Image


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 09:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 DĂ©c 2007 02:00
Messages: 488
Localisation: Lestrem
Voilà un dénouement heureux pour un simulacre de mise en scÚne de justice. :nanana:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 12:10 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
lechtiblouré a écrit:
... meme si elle n'est pas toute blanche dans cette histoire ...


AprĂšs avoir passĂ© plusieurs dizaines d'heures Ă  Ă©tudier ce dossier, je suis persuadĂ© que Florence est 100% innocente. Il n'est mĂȘme pas certain que son ex-compagnon, IsraĂ«l Vallarta soit coupable. En tous cas, il n'a pas encore Ă©tĂ© jugĂ© alors que dans la mĂȘme pĂ©riode Florence a Ă©tĂ© jugĂ©e 5 fois. Ses aveux sous la torture (officiellement constatĂ©e) n'ont pas de valeur juridique

Quelques éléments à décharge jamais pris en compte par l'accusation:
Les otages ont Ă©tĂ© "libĂ©rĂ©s" dans une cabane prĂšs du ranch oĂč vivait Florence. Or, des voisins qui faisaient le mĂ©nage avaient les clefs de cette cabane, et n'ont rien remarquĂ© quelques jours plus tĂŽt. Les otages ont dit qu'on mettait la tĂ©lĂ© trĂšs fort en permanence pour couvrir d'Ă©ventuels cris, or il n'y avait pas l'Ă©lectricitĂ© dans ladite cabane. Conclusion : Les otages ont Ă©tĂ© amenĂ©s lĂ  par la police dans la nuit qui a suivi la vraie arrestation de Florence (le 8/12 sur une autoroute hors de la ville) pour organiser la "libĂ©ration" tĂ©lĂ©visĂ©e (le 9/12 au matin).

Au moment de leur "libération" télévisée, deux des otages (une mÚre et son fils) n'ont pas reconnu Florence, mais le fils a reconnu une voix des ravisseurs préalablement enregistrée. Il s'agissait de la voix de son cousin Edgar Rueda, jamais inquiété ensuite par la police et mystérieusement disparu aux US dans les jours suivants.

La mÚre, lors de "l'arrestation", a dit qu'il n'y avait pas eu de femmes parmi ses ravisseurs, et qu'elle avait été bien traitée. Deux mois, plus tard, elle écrit une lettre pour dire qu'elle reconnait Florence, et se rappelle brusquement que Vallarta venait la violer et que cela rendait Florence jalouse... Bonjour les contradictions!!!

Le journaliste d'investigation mexicain Hector de Mauleon analyse toutes les contradictions du dossier. Il y a 42 pages en espagnol... J'ai une traduction en anglais à disposition de ceux qui sont intéressés...


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 12:18 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Août 2011 02:00
Messages: 1190
Localisation: Lille
Son ex-compagnon n'a pas été jugé?? :shock:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 13:07 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
stridy a Ă©crit:
Son ex-compagnon n'a pas été jugé?? :shock:

Eh non... Florence a été condamnée à 60 ans de prison pour complicité avec quelqu'un qui, en droit, est toujours présumé innocent, puisque non jugé.


DerniÚre édition par surfeur51 le 24 Jan 2013 13:18, édité 1 fois au total.

Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 13:15 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
lechtiblouré a écrit:
elle reste coupable ou elle est innocentée pour la justice mexicaine ?

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, pour la justice, on n'est jamais dĂ©crĂ©tĂ© innocent, juste "non coupable". A partir du moment oĂč on ne prouve pas la culpabilitĂ©, l'accusĂ© est "prĂ©sumĂ©" innocent.

Dans le cas de Florence, le recours Ă©tait un recours en droit constitutionnel, qui se basait sur la validitĂ© de la procĂ©dure, pas sur le fond de l'accusation, dĂ©jĂ  jugĂ© en appel et en cassation. Dans les attendus des juges qui ont votĂ© pour la libĂ©ration, ils ont considĂ©rĂ© que les manipulations diverses de la police et les contradictions dans les tĂ©moignages empĂȘchaient d'avoir une vue juste des faits rĂ©els, et que toute la procĂ©dure Ă©tait entachĂ©e de fautes graves. Ils ont donc cassĂ© (sans jeu de mot...) toute la procĂ©dure, et en ne demandant pas de nouveau procĂšs, ils ont admis implicitement la non culpabilitĂ© de Florence.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 13:24 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 FĂ©v 2004 01:00
Messages: 8531
Localisation: paris
Pourquoi t'intéresse tu à cette affaire ? :jap:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 24 Jan 2013 16:20 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
yannickv a Ă©crit:
Pourquoi t'intéresse tu à cette affaire ? :jap:
Comme beaucoup, quand j'ai appris fin 2005 qu'une Française avait Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©e en fragrant dĂ©lit de prise d'otage au Mexique, je n'ai pas particuliĂšrement creusĂ© la question et je me suis dit qu'elle avait bien cherchĂ© ce qui lui arrivait. Et puis, en 2011, quand Sarkozy a provoquĂ© l'annulation de l'annĂ©e du Mexique aprĂšs le rejet du pourvoi en cassation, je me suis dit qu'une telle dĂ©cision ne pouvait avoir Ă©tĂ© prise sans de bonnes raisons. J'ai alors cherchĂ© Ă  en savoir plus. Il m'a fallu lire des tas d'articles contradictoires, Ă  la fois en France, mais surtout au Mexique, pour mieux comprendre les choses. Et en entrant dans cette affaire, on dĂ©couvre une machination aux nombreuses ramifications que peu de scĂ©naristes de thriller seraient capables d'inventer.

Le tissu des mensonges de l'Ă©quipe de Garcia Luna (l'homme qui a tout orchestrĂ©) et les pressions sur des "tĂ©moins" crĂ©Ă©s de toutes piĂšces ont donnĂ© une image entiĂšrement fausse de la rĂ©alitĂ©, alors qu'en parallĂšle des journalistes, des enquĂȘteurs privĂ©s et de l'Ă©glise mexicaine cherchaient Ă  rĂ©tablir les faits. Au delĂ  de l'indignation devant l'injustice, en terme d'analyse, ce dossier est littĂ©ralement passionnant, et quand on rentre vraiment dedans, il est difficile de le lĂącher...


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 13:09 

Inscrit le: 26 Oct 2006 00:00
Messages: 12653
Localisation: Andalousie
Désolé de pondérer ton enthousiasme Amigo surfeur, et je m'étais refusé à polémiquer sur ce dossier, mais :
je connais le Mexique (un peu), le dossier (pas mal) et le Droit (beaucoup) ... et contrairement à toi mon intime conviction est qu'elle est coupable et sa libération n'est que la recherche d'un apaisement international de l'actuel président et, à aucun moment la reconnaissance de son innocence ...

Entre tous la position des Mexicains : "La Cour rend son verdict et libĂšre la coupable"

La libération de Florence Cassez indigne le Mexique

La dĂ©cision de la justice mexicaine de libĂ©rer la Française Florence Cassez, accusĂ©e d’enlĂšvement et condamnĂ©e Ă  60 ans de prison, est loin de faire l'unanimitĂ© au Mexique. Presse et population sont rĂ©voltĂ©es par l'affaire mais aussi par l'Ă©tat dĂ©sastreux de leur justice et de leur police.
"Florence Cassez déjeune à Paris" La Jornada (24/01/2013)
24.01.2013Par Florencia Valdés Andino
Selon certains mĂ©dias français, les Mexicains, aprĂšs y avoir opposĂ© une farouche rĂ©sistance pendant sept ans, seraient dĂ©sormais favorables Ă  la libĂ©ration de Florence Cassez. Sauf que ce n’est pas ce que les Ă©ditorialistes et les rĂ©actions de la population via les rĂ©seaux sociaux traduisent. Au contraire.

"Le Mexique se sent bafouĂ©" analyse David Dorantes, directeur de publication de deux journaux du nord du pays. "Ce n’est pas la libĂ©ration de la Française qui Ă©tait en jeu. La question Ă©tait de savoir si elle faisait partie d’un gang de kidnappeurs. Et pourtant, elle a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©e sans ĂȘtre innocentĂ©e. Et tout ça dans la prĂ©cipitation. Les Mexicains ne comprennent pas pourquoi elle a le droit de quitter le pays sans ĂȘtre dĂ©clarĂ©e innocente. Fallait-il qu’elle parte le soir mĂȘme ? Cela faisait sept ans que cela durait et puis la nouvelle juge Olga Sanchez, en quelques tours de main, a plaidĂ© pour sa libĂ©ration immĂ©diate. Je pense que le nouveau prĂ©sident, Enrique Peña Nieto, veut Ă  tout prix amĂ©liorer ses relations diplomatiques avec l'Ă©tranger – qui avaient pris un coup dur avec CalderĂłn - Ă  commencer par la France."

"Et les victimes dans tout ça ?"

Et de poursuivre : "En ce qui concerne Florence Cassez, l’opinion publique n’a pas changĂ© en sept ans. Ce qui a changĂ© c’est la rĂ©flexion sur la rĂ©pression du crime d'enlĂšvement. Alors que chaque Etat mexicain a sa propre lĂ©gislation, le nouveau prĂ©sident propose actuellement un code pĂ©nal fĂ©dĂ©ral pour ne plus se retrouver avec des aberrations juridiques. A Morelos, oĂč habitait Florence Cassez, c’est l’Etat oĂč les enlĂšvements sont le moins lourdement punis par la loi. Les analystes estiment que le nouveau dispositif judiciaire n’aurait pas jouĂ© en faveur de Cassez. Ce qui pourrait expliquer les maniĂšres expĂ©ditives de la juge. Et les victimes dans tout ça ? Nous avons beaucoup de questions mais peu de rĂ©ponses."

"Ce que les Ă©ditorialistes et la population partagent, c’est la crainte que de futurs accusĂ©s se servent des mĂȘmes arguments, les vices de procĂ©dure, pour s’en sortir. D’autant que les juristes pointent du doigt le manque de rigueur avec lequel les dossiers des accusĂ©s sont montĂ©s. C’est encore plus grave que sa libĂ©ration" explique enfin David Dorantes.

L’affaire Cassez, symptomatique des injustices mexicaines

David Dorantes résume bien le sentiment national. De gauche comme de droite, la presse mexicaine est unanime. Comme lui, ses confrÚres ont fustigé la décision de la justice.

"Florence Cassez est probablement Ă  l’abri de ce systĂšme dysfonctionnel, mais plus de 110 millions de Mexicains sont toujours exposĂ©s Ă  toutes sortes d’abus de la part de la police, des prĂ©fectures ou des juges, que nous soyons des victimes ou des accusĂ©s" dĂ©nonce dans ADN polĂ­tico, Miguel Carbonell, Ă©ditorialiste et chercheur en droit Ă  l’UniversitĂ© nationale autonome du Mexique (Unam). Pour lui, l’affaire Cassez est symptomatique des injustices mexicaines.

Arnoldo Cuellar, journaliste politique du site d’information indĂ©pendant, Sin Embargo, craint Ă©galement que cette affaire ne fasse jurisprudence et ne profite au crime organisĂ©. Il s’attaque aussi Ă  la police mexicaine qui selon lui ne sort pas grandie de cet Ă©pisode judiciaire : "Quel que soit l’effort fait pour nettoyer les rangs de la police, on se heurte Ă  l’indiffĂ©rence de la classe politique qui, elle, ne fait rien pour assainir cette institution."

Les principaux titres de la presse papier ne sont pas plus tendres. "Elle part libre, mais pas innocentĂ©e", titre l'Ă©dito d'El Universal. "Michelle ValadĂ©s, l’épouse d’Ignacio Abel Figueroa [commerçant kidnappĂ© en 2005 par la bande des Zodiacos, dont le compagnon de Cassez, Israel Vallarta, faisait partie] criait derriĂšre le convoi qui transportait la Française « Assassine!»", rappelle le quotidien.

Sur cette chaßne de télévision, Ezuquiel Elizalde, victime supposé du gang des Zodiacos, réagit à la libération de Cassez : "Le Mexique est dégueulasse".

Proceso relaye un communiquĂ© des hautes instances de la police mexicaine qui signale que Florence Cassez a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©e car la Cour a estimĂ© que des irrĂ©gularitĂ©s avaient entachĂ© la procĂ©dure et non parce qu’elle est innocente. Encore plus sĂ©vĂšre, le quotidien Milenio titre : "La Cour rend son verdict et libĂšre la coupable".

Sur Twitter, les Mexicains ont exprimé leur colÚre, comme le montrent ces quelques tweets piochés dans des centaines.
"Ne pas respecter la procedure judiciaire des criminels revient Ă  ne pas respecter les victimes."
"Libre enfin ! La prochaine fois capturez-la en bonne et due forme, peut-ĂȘtre resterait-elle 60 ans de plus"
"Le Mexique est en deuil car Florence Cassez a été libérée. Et en France elle est accueillie en héroïne nationale"
Ce cirque mĂ©diatique cache-t-il quelque chose ? C’est ce que David Dorantes et la presse du pays en gĂ©nĂ©ral se demandent. Car au moment mĂȘme oĂč toutes les camĂ©ras Ă©taient braquĂ©es sur Florence Cassez, un autre procĂšs se dĂ©roulait en petit comitĂ©. L’Institut FĂ©dĂ©ral Ă©lectoral (IFE), qui organise et surveille les Ă©lections au Mexique, dĂ©crĂ©tait que le parti d’Enrique Peña Nieto avait fait appel Ă  des entreprises fantĂŽmes pendant la campagne Ă©lectorale. Elles versaient de l’argent sur des cartes style Moneo, dans le but d'acheter des voix. Pourtant, L’IFE n'a pas parlĂ© de fraude, et a simplement estimĂ© qu’il s’agissait de frais de campagne.

Vos réactions

8 commentaires
Envoyer un commentaire

BIZEUL FRANCE 25.01.2013 | 10:11
Pas assez de retenue en France .Ce manque de discernement risque de se retourner contre tous ceux qui déroulent le tapis rouge à une personne liée à une sordide affaire de droit commun.Qu'en sera -t-il lorsque l'on progressera dans la procédure et que les crimes et délits de Cassez seront avérés?
Beatriz Sanchez MEXIQUE 25.01.2013 | 01:16
Dans Mexico nous pensonz que Cassez est une ravisseureuse. Elle doit payer a cause ses délits. La France doit penser cela.
Le Grand Journal du Mexique MEXIQUE 24.01.2013 | 23:16
Pour mieux comprendre l'affaire Cassez consultez notre dossier : Florence Cassez est libre ! Une affaire exceptionnelle du début à la fin ! sur www.legrandjournal.com.mx
Jean Marc Wintgens MEXIQUE 24.01.2013 | 20:34
1. Comment est-ce que la copine du chef de gang des kidnappeurs peut-elle affirmer ne pas ĂȘtre au courant des activitĂ©s de son copain?

2. Combien de kidnappeurs au Mexique sont des femmes fluettes aux yeux clairs et à l’accent français?

3. Pourquoi est-ce que le droit de l'accusée (procÚs) passe au-dessus du droit des victimes (enlevées et mutilées) ?

Il faut apprendre Ă  diffĂ©rencier le nationalisme du bon sens. Ici au Mexique malheureusement ce n’est pas le cas. Est-ce qu’en France vous pouvez en dire autant ?
driss 3 MAROC 24.01.2013 | 20:01
tout a fait gerard,tu as raison,meme si je suis pas francais mais je suis francophne,je trouve que la liberation laisse bcp de quest ions sans reponse,pourquoi on a arreteĂ© florence,est ce qu'elle etait impliquĂ© ,si c'est le cas ,c'est bien dommage de la liberer seulement parce que la france a un pouvoir politique ,admettant que le malfaiteur etait arab ou africain ,on peut comprendre rapidement ,au lieu de la liberer il faut la rejuger pour montreer a l'opinion publique les conditions sous lesquels elle a Ă©tĂ© emprisonĂ©e,il doit y avoir une bonne raison,sinon si florence est innocente,eh ben il faut le preuver,je ne suis pas severe mais c'est ma gentillesse qui me pousse a penser a ceux qui n'ont pas tout un etat puissant pour les supporter,en afrique le citoyenne n'a aucune valeur ,s'il est riche il peut commetre tt les crimes du monde sans punition,si “son pĂ©re est pauvre ,la moindre infraction le mettra dans le petrin le plus douleureux de toute sa vie,un monde meilleur est egal a la justice ,
Emilien Larrivée MEXIQUE 24.01.2013 | 19:50
Je suis QuĂ©becois et vit au Mexique depuis 35 ans. J'ai bien suivi ce procĂšs qui a connu des vices de procĂ©dure mais dontle fond de l'histoire de l'enlĂšvement de plusieurs personnes a bien Ă©tĂ© prouvĂ©. À cause de ces vices de procĂ©dure, dont l'un est de ne pas avoir avisĂ© l'ambassade de France immĂ©diatement, 3 des juges ont donnĂ© l'ordre de la libĂ©rer. Aucun des juges de cette mĂȘme cour n'a cependant dit qu'elle Ă©tait innocente des crimes reprochĂ©s. Florence a Ă©tĂ© clairement identifiĂ©e- autant pour son accent que pour son apparence-- par pluisieurs de ses victimes. C'est une honte incomprehensible de voir le prĂ©sident Hollande la recevoir personnellement. C'est une criminelle--rien de moins-- qui s'en sort Ă  cause du fait qu'elle est une Ă©trangĂšre au Mexique et de ce fait la loi exige certaines actions de la part des autoritĂ©s tout comme en France d'ailleurs lors d'une arrestation d'une personne Ă©trangĂšre. C'est dĂ©goutant.
Mickaël MEXIQUE 24.01.2013 | 19:34
La grande majoritĂ© des mexicains qui y voient un “ coup double “ : on a libĂ©rĂ© un monstre (mĂȘme si on ne sait pas pourquoi mais pas grave, televisa l'a prĂ©sentĂ© comme ça) et la justice mexicaine est ridiculisĂ©e (comme si c'Ă©tait la premiĂšre fois) .. Par contre, bien peu s'interrogent sur la façon de changer le systĂšme pour que cela ne se reproduise pas et/ou sur les responsables (Garcia Luna en tĂȘte) de cette Ă©norme erreur.
gerard FRANCE 24.01.2013 | 18:02
Non tous les français ne son pas heureux de cette libĂ©ration qui laisse trop de choses dans l'ombre! elle aurait du Ăštre rejugĂ©e et non pas liberĂ©e de cette maniĂšre “prĂ©cipitĂ©e“ et beaucoup de français pensent comme moi

Fin de la polémique en ce qui me concerne.

Bien amicalement

Bridoli :jap:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 13:25 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Tu reproduis les réactions de la majorité des mexicains. C'est vrai qu'elle est majoritairement contre Florence. Le problÚme, c'est que l'opinion publique, par ailleurs traumatisée à juste titre par des enlÚvements sanglants, a été conditionnée par un passage en boucle à la télé d'une "arrestation" et d'une "libération d'otage" soi-disant en direct. Encore peu de mexicains savent que tout cela était un montage non conforme à la réalité, la plupart des autres pensant que c'était une "reconstitution", ce qui n'est pas non plus le cas.

Comme tu parles espagnol, je t'invite Ă  lire attentivement le document "La verdad secuestrada", d'Hector de Mauleon, qui dĂ©montre toutes les incohĂ©rences des 11000 pages d'un dossier entiĂšrement vĂ©rolĂ©. C'est sur ces considĂ©rations que les juges Zaldivar, Sanchez et Guttierez ont annulĂ© toute la procĂ©dure, Florence Cassez se retrouvant dans une situation oĂč, juridiquement, aucune procĂ©dure n'aurait Ă©tĂ© engagĂ©e contre elle. Elle n'est dĂ©clarĂ©e ni innocente, ni coupable, simplement il n'y a plus aucun Ă©lĂ©ment pour l'inculper, tout comme pour n'importe quel citoyen prĂ©sent Ă  Mexico ce jour-lĂ .

http://www.nexos.com.mx/?p=14348


DerniÚre édition par surfeur51 le 04 Oct 2014 16:25, édité 1 fois au total.

Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 14:31 

Inscrit le: 26 Oct 2006 00:00
Messages: 12653
Localisation: Andalousie
Cher surfeur j'ai lu ce rapport il y a déjà quelques temps, il est trÚs bien argumenté et donne à réfléchir, et comme tu l'as dit, je parle Espagnol, et comme je l'ai dit supra, je me suis réellement intéressée à ce sujet car de défendre la veuve et l'orphelin est mon crédo et je voulais, en l'espÚce, me forger une conviction, pour 2 raisons :
1° Je connais le Mexique et ces incohĂ©rences, mais je ne peux ignorer les tĂ©moignages irrĂ©futables d'otages qui n'ont aucun intĂ©rĂȘt en la matiĂšre.
2°La thĂ©orie du complot a toujours fait vendre et une phrase tirĂ©e de son contexte est sujette Ă  interprĂ©tation voire Ă  opposition. C'est mĂȘme le mĂ©tier des avocats ...

Il n'en demeure pas moins qu'elle fut la compagne d'un criminel de Droit commun (irréfutable, multiples condamnations ...), qu'elle a séjourné plusieurs mois dans une résidence ou furent détenus plusieurs otages, sans nul doute, et qu'elle fut reconnu visuellement et audiblement par au moins 3 témoins dignes de confiance ...

La place Ă  l'erreur judiciaire est mince, trĂšs mince, ...
A l'insu de mon plein gré ...

Bien amicalement

Bridoli


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 15:48 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Bridoli a Ă©crit:
Il n'en demeure pas moins qu'elle fut la compagne d'un criminel de Droit commun (irréfutable, multiples condamnations ...),
IsraĂ«l Vallarta n'a jamais Ă©tĂ© condamnĂ©. Il est depuis sept ans en prison, mais n'a pas encore Ă©tĂ© jugĂ© en premiĂšre instance. Il a avouĂ©, mais il a Ă©tĂ© Ă©tabli que c'Ă©tait sous la torture, puis il s'est rĂ©tractĂ©. Donc non, ce n'est pas irrĂ©futable, et je suis prĂȘt Ă  changer d'avis si tu me cites une seule de ses "multiples condamnations". Pour ĂȘtre plus prĂ©cis, je suis convaincu que Vallarta est victime de la mĂȘme machination que Florence Cassez.

Bridoli a Ă©crit:
...qu'elle a séjourné plusieurs mois dans une résidence ou furent détenus plusieurs otages,
J'ai déjà expliqué que les dépositions des otages sont en contradiction avec les caractéristiques des lieux. Le rapport de Mauléon est aussi trÚs clair là-dessus. Il parait évident que les otages, s'ils ont séjourné dans le ranch, ce n'est qu'au moment du montage orchestré par Garcia Luna.

Bridoli a Ă©crit:
et qu'elle fut reconnu visuellement et audiblement par au moins 3 témoins dignes de confiance ...
Elle a Ă©tĂ© reconnue audiblement par un seul tĂ©moin (Ezequiel) au moment de l'arrestation, Cristina et Christian disant mĂȘme qu'il n'y avait aucune femme parmi leurs ravisseurs. Les deux ont changĂ© d'avis deux mois plus tard (par hasard, juste aprĂšs l'intervention de Florence depuis sa prison pour dĂ©noncer le montage de son arrestation, et deux jours aprĂšs avoir qu'ils aient Ă©tĂ© convoquĂ© par la police sans qu'aucun compte-rendu d'entretien ne soit Ă©tabli). Juste aprĂšs ce changement de tĂ©moignage, Cristina et Christian ont pu se trouver un p'tit coin au chaud aux Etats-Unis (tĂ©moins dĂ©sintĂ©ressĂ©s ???). Enfin, le tĂ©moignage d'Ezequiel est fragilisĂ© par son mensonge concernant une "cicatrice" d'une piqure faite par florence qui n'Ă©tait en fait qu'une tĂąche de naissance.

Bridoli a Ă©crit:
La place Ă  l'erreur judiciaire est mince, trĂšs mince, ...
Il n'y a aucune erreur judiciaire. C'est une pure machination faite pour redorer le blason d'une brigade anti-enlĂšvements dont les rĂ©sultats Ă©taient inexistants. Garcia Luna y a gagnĂ© ses galons de ministre. La position des juges, et en particulier le rapport de Zaldivar de mars 2012 montre que les effets corrupteurs introduits lors de l'enquĂȘte ont complĂ©tement masquĂ© la rĂ©alitĂ©.

Je suis un scientifique, plutÎt habitué à examiner les choses sous un angle rationnel, et, avant de plonger dans ce dossier, j'avais plutÎt un avis défavorable à Florence Cassez. Simplement l'avis général n'est pas un élément à prendre en compte (autrefois, on allait en prison si on disait que la Terre tourne autour du Soleil...), et pourquoi tous ces mensonges de la police si les preuves étaient évidentes? Il suffisait de faire proprement le travail et de transmettre un dossier sans failles aux juges. Il y a plus de 2000 français détenus dans le monde, et quand ils sont vraiment coupables, la présidence, qu'elle soit de droite ou de gauche, ne se mouille pas pour eux.

Tout cela pour expliquer mon opinion, plus que pour te convaincre puisqu'apparemment le rapport lumineux de Mauleon ne t'a pas interpellée.

TrĂšs amicalement


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 16:36 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Mars 2009 01:00
Messages: 8800
Localisation: Paris
Bibi a dit coupable,

j'apporte la guillotine :lover:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 25 Jan 2013 16:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Juil 2005 00:00
Messages: 2199
Localisation: Nort sur Erdre
y a juste à la choper à la sortie de son petit apéro présidentiel, ce soir... :mrgreen:

Attention à ne pas se tromper , c'est Frigide Bargot qui passe avant à l'élysée... quoique :lol:



_________________
Moi j'fais dans l'sonore et dégueulasse, c'est mon style !! ma dvdthÚque // mes nonos
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 31 Jan 2013 09:26 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Si cette affaire a pris un tournant avec la libĂ©ration de Florence Cassez, elle n'en demeure pas moins toujours extrĂȘmement obscure, avec des questions qui mĂ©riteraient une rĂ©ponse, ne serait-ce que pour dĂ©cider du sort d'IsraĂ«l Vallarta , toujours en prison sans ĂȘtre jugĂ©, et des autres "membres" des Zodiacos, arrĂȘtĂ©s bien que mis en cause par aucun tĂ©moin, eux aussi non jugĂ©s, leur arrestation correspondant curieusement Ă  des Ă©tapes mĂ©diatiques du parcours judiciaire de Florence Cassez.

Les principales questions en suspens sont les suivantes:

- qu'en est-il de la culpabilitĂ© d'IsraĂ«l Vallarta, de ses frĂšres et neveux ? IsraĂ«l n'a avouĂ© que sous la torture (dument constatĂ©e) et il semble qu'aucune preuve ni tĂ©moignage ne l'accuse de maniĂšre indiscutable. MĂȘme question pour Orozco.
- quel fut le rĂŽle des frĂšres Rueda (complices ou instigateurs des enlĂšvements?). Pourquoi n'ont-ils jamais Ă©tĂ© interrogĂ©s bien que mis en cause par Cristina Rios et son fils Christian dĂšs le dĂ©but de l'enquĂȘte ?
- pourquoi les tĂ©moignages de Alma Delia Morales et Ángel Olmos, qui innocentent de fait Florence Cassez et IsraĂ«l Vallarta, n'ont-ils pas Ă©tĂ© pris en compte ? Et si on les soupçonnait de complicitĂ©, pourquoi ne pas les avoir arrĂȘtĂ©s?
- quel fût le rÎle d'Eduardo Margolis? Quels étaient les rapports entre Margolis et Critina Rios ? Quels sont ses rapports avec Isabel Miranda de Wallace ?
- OĂč Ă©tait vraiment Ezequiel Elizalde (la troisiĂšme "victime") lors de l'arrestation effective de Cassez et Vallarta (n'Ă©tait-il pas lui aussi dans les locaux de la police, en train d'ĂȘtre interrogĂ© pour une autre affaire d'enlĂšvement ?)
- d'oĂč vient la fortune de Garcia Luna, sans commune mesure avec ses salaires de fonctionnaire ?

Par ailleurs, ceux qui pensent que Florence Cassez est coupable s'appuient de maniÚre récurrente sur la lettre de Cristina Rios (en totale contradiction avec ses premiÚres déclaration) et sur des preuves soit-disant "irréfutables":
- le niveau "trÚs élevé" du compte en banque de Florence Cassez qui "vivait dans le luxe".
- une "liste de victimes" fortunées qu'elle aurait établie en vue de futurs enlÚvements.
Ces éléments pourraient effectivement constituer des indices fort de la culpabilité de Florence. Mais existent-ils ? Ils n'ont jamais été montrés à qui que ce soit, et ne figurent ni dans le dossier d'accusation, ni dans les attendus du jugement. Ils ressemblent surtout à des rumeurs jamais vérifiées qui deviennent peu à peu des réalités dans l'esprit des gens.

Tout cela pour souligner que la lumiĂšre est loin d'ĂȘtre faite sur cette affaire.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 11 FĂ©v 2013 10:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 29 Oct 2002 02:00
Messages: 4507
Localisation: 37
Voici un article intéressant qui illustre parfaitement la vision qu'ont beaucoup de gens de cette affaire.

L'article est Ă©crit par Emmanuelle Steels, une journaliste belge indĂ©pendante, correspondante au Mexique. Depuis 2009, elle s’est plongĂ©e dans une Ă©tude approfondie de ce dossier judiciaire. Elle prĂ©pare actuellement un livre sur cette affaire.

Florence Cassez est libĂ©rĂ©e de la prison, mais pas de l’opprobre. « Elle ne pouvait pas ne pas savoir », « Elle frĂ©quentait des voyous, elle a forcĂ©ment quelque chose Ă  se reprocher », « Il n’y a pas de fumĂ©e sans feu ».

Autant de petites formules qui sonnent comme des couperets. Des sentences expéditives, sous-tendues par un mythe, celui de la kidnappeuse française.

Ce mythe est nĂ© lorsque Florence Cassez est apparue sur les Ă©crans de tĂ©lĂ©vision mexicains le 9 dĂ©cembre 2005 au petit matin. La presse s’est ruĂ©e sur cette histoire, Ă  l’affĂ»t des « rĂ©vĂ©lations » de la police qui lui permettaient d’étoffer le personnage. Une fois la Française condamnĂ©e Ă  soixante ans de prison pour enlĂšvements, le mythe a installĂ© une confortable unanimitĂ©. Tout un chacun s’est senti habilitĂ© Ă  donner son opinion sur un dossier que peu de personnes connaissent rĂ©ellement.

Le rĂ©cit policier et son miroir mĂ©diatique, qui ont forgĂ© l’image d’une coupable, se sont construits en dĂ©pit des Ă©lĂ©ments tangibles. D’emblĂ©e, dĂšs le montage de l’arrestation de Cassez, le mythe a phagocytĂ© le rĂ©cit judiciaire, imprimant une terrible distorsion au cours de la justice. Dans l’opinion publique mais aussi aux tribunaux, la version mĂ©diatique de l’affaire a souvent eu plus de poids, mĂȘme auprĂšs de magistrats expĂ©rimentĂ©s, que le dossier lui-mĂȘme.

La vĂ©ritĂ©, elle, ne s’offre pas d’emblĂ©e. Elle Ă©merge dans les interstices et les incohĂ©rences de la version officielle. Etudier le dossier judiciaire permet de connaĂźtre l’envers de l’histoire et de dĂ©couvrir la vraie affaire Cassez, Ă  mille lieues du discours mĂ©diatique. Ces plus de dix mille pages forment un monceau de documents vides de preuves Ă  l’encontre de Cassez. Il est Ă©loquent dans les failles qu’il exhibe. Il offre par exemple quelques pistes inexploitĂ©es par la police, ignorĂ©es par la justice et mĂ©connues de l’opinion publique. À partir de lĂ  se dĂ©voilent certains pans de la machinerie judiciaire mise en place pour incriminer la jeune femme. C’est la mĂȘme machinerie qui a servi Ă  protĂ©ger d’autres suspects et Ă  les maintenir hors du champ des investigations.

L’enquĂȘte officielle, elle, est pratiquement inexistante, embourbĂ©e dans les oublis et les mirages dressĂ©s par la police, dans les fantasmes vĂ©hiculĂ©s par les mĂ©dias. De raccourcis en amalgames, la rumeur s’est chargĂ©e d’inventer les « preuves accablantes ». La presse, quant Ă  elle, reproduit, sans procĂ©der Ă  la moindre vĂ©rification, le rĂ©cit d’un coup de filet parfait et le portrait d’une redoutable criminelle. Peu de journalistes acceptent de renoncer au rĂ©cit prĂ©fabriquĂ©, sĂ©duits et excitĂ©s par l’icĂŽne qu’ils avaient contribuĂ© Ă  façonner, effrayĂ©s de la voir entrer en contradiction avec certains indices qui surgissent malencontreusement de la rĂ©alitĂ©.

Pendant un certain temps, le mythe n’a pas connu de faille. MĂȘme au sein d’une certaine intelligentsia sensibilisĂ©e aux pratiques abusives de la police et Ă  l’aveuglement de la justice, il Ă©tait de bon ton de proclamer la culpabilitĂ© de Florence Cassez. VautrĂ©s dans le fantasme de la jolie criminelle Ă©trangĂšre qui cache bien son jeu, certains Ă©crivains et professeurs d’universitĂ© ont aussi vu dans cette affaire l’occasion de prendre le contre-pied de la France et de dĂ©noncer son ingĂ©rence dans la justice d’un pays souverain. De ce fait, ils passaient Ă  cĂŽtĂ© du sujet, un sujet exclusivement mexicain : l’absence de justice.

La fabrication de coupables n’est pas inhabituelle au Mexique. Florence Cassez n’est pas une exception. Preuves semĂ©es par la police, pressions exercĂ©es sur les tĂ©moins, confessions extorquĂ©es sous la torture : des milliers d’innocents purgent de longues peines de prison pour des dĂ©lits qu’ils n’ont pas commis. Comme dans le cas de la Française, la culpabilitĂ© de ses prĂ©tendus complices est d’ailleurs hautement suspecte.

La vie de Florence Cassez, son intimitĂ© ont Ă©tĂ© dĂ©cortiquĂ©es, analysĂ©es, jetĂ©es en pĂąture aux mĂ©dias et perverties sur l’autel de leurs suspicions fantaisistes. Des faits anodins de son passĂ© ont Ă©tĂ© passĂ©s au crible et rĂ©gurgitĂ©s de maniĂšre biaisĂ©e ou erronĂ©e pour s’inscrire dans d’insidieux rĂ©cits destinĂ©s Ă  gonfler le personnage de la kidnappeuse dĂ©nuĂ©e de scrupules. L’attention, dĂ©viĂ©e par les mystifications policiĂšres et mĂ©diatiques qui se sont acharnĂ©es pendant des annĂ©es Ă  parfaire cet archĂ©type, devrait se reporter sur le dossier. « Ne me regardez pas moi, regardez mon dossier : je ne suis pas parfaite, mais je suis innocente » dit cette jeune femme, lorsqu’on daigne l’écouter.

Mais il faut aussi se pencher sur le jugement de la Cour suprĂȘme, dont l’essence a Ă©tĂ© broyĂ©e par son exĂ©gĂšse mĂ©diatique. Les commentaires, rarement basĂ©s sur une lecture du texte original de la rĂ©solution, en ont perverti le sens. On assiste Ă  une distorsion interprĂ©tative : l’objet commentĂ© est altĂ©rĂ© par son commentaire.

Comme un dernier rejeton du mythe, une idĂ©e s’est rĂ©pandue : Florence Cassez a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©e parce que ses droits fondamentaux ont Ă©tĂ© violĂ©s lors de la procĂ©dure judiciaire, mais il subsiste des preuves de son implication dans les enlĂšvements, Ă  commencer par les accusations des victimes. Il y aurait donc d’un cĂŽtĂ© les vices de forme, de l’autre les tĂ©moignages accablants. L’existence avĂ©rĂ©e des premiers n’aurait aucune incidence sur la validitĂ© des seconds.

Or, nier le lien essentiel entre ces deux entitĂ©s revient Ă  dĂ©naturer le jugement de la Cour. Celle-ci dĂ©montre, mĂ©thodiquement, comment les entorses Ă  la procĂ©dure et le trucage de l’enquĂȘte ont menĂ© Ă  la manipulation des tĂ©moins. Il n’y aurait pas eu de preuves ni d’accusations, s’il n’y avait eu ces vices de procĂ©dure.

La rĂ©solution du haut tribunal, jugement ultime, considĂšre que les tĂ©moignages des victimes sont « le produit d’une dĂ©formation de la rĂ©alitĂ© », en allusion Ă  la mise en scĂšne mĂ©diatique de l’arrestation de la jeune femme, orchestrĂ©e par la police un jour aprĂšs l’interpellation rĂ©elle. « Les personnes impliquĂ©es dans la procĂ©dure ont Ă©tĂ© soumises Ă  l’effet de suggestion, qui altĂšre la fiabilitĂ© de leurs dĂ©clarations », Ă©tablit la rĂ©solution.

Les juges dĂ©finissent les concepts d’ « incidence dĂ©vastatrice » et d’ « effet corrupteur », qui affectent toute la procĂ©dure. Ou comment la tromperie originelle imprime Ă  toute l’enquĂȘte le sceau du mensonge. « La violation des droits fondamentaux a viciĂ© tant la procĂ©dure en elle-mĂȘme que ses rĂ©sultats », affirme la Cour.

La thĂ©orie des « simples vices de procĂ©dure » s’effondre. Les tĂ©moignages sont irrĂ©mĂ©diablement corrompus. Ils serviront pourtant de matiĂšre premiĂšre Ă  la formation d’un tribunal mĂ©diatique, qui condamne sans procĂšs.

Nier le dossier, Ă©vacuer le jugement, ce n’est pas analyser l’affaire Cassez. C’est pĂ©trir le mythe.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2012, la fin du cauchemar pour Florence Cassez ?
MessagePubliĂ©: 11 FĂ©v 2013 11:07 

Inscrit le: 26 Oct 2006 00:00
Messages: 12653
Localisation: Andalousie
Tout un chacun s’est senti habilitĂ© Ă  donner son opinion sur un dossier que peu de personnes connaissent rĂ©ellement. 8)
Tout est dit ... :jap:


Hors-ligne
 Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis:  Trier par  
 Page 1 sur 2 [ 39 messages ]  Aller Ă  la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’étĂ© ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : noname et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de piÚces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers: