Nous sommes actuellement le 17 Oct 2019 03:41




 Page 415 sur 432 [ 10791 messages ]  Aller Ă  la page PrĂ©cĂ©dent  1 ... 412, 413, 414, 415, 416, 417, 418 ... 432  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Le garçon au pyjama rayĂ©
MessagePubliĂ©: 08 Nov 2015 18:53 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Le garçon au pyjama rayé

Touchant, profond, Ă©mouvant ce film
Spoiler : Voir/Cacher


Très bonne interprétation des deux gamins

Spoiler : Voir/Cacher


4.8/5


Image



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 14 Nov 2015 11:41 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Après une semaine de morts en huis clos, on va ouvrir les perspectives, agrandir l'échelle... avec une sélection très hétéroclite : "Ambiance fin du monde".
EDIT : J'avais écrit l'intro la semaine dernière mais avec ce que je viens de voir ce matin sur les évènements à Paris, ça prend un autre sens...

Jusqu'Ă  Ce Que la Fin du Monde Nous SĂ©pare (2012)
Loin de ses éternels rôles comiques, Steve Carell excelle également dans le drame, preuve en est avec Jusqu'à Ce Que la Fin du Monde Nous Sépare, somptueux mélange doux-amer des genres aux frontières de l'indéfinissable. Sublimé par une Keira Knightley toujours aussi juste, ce pseudo road movie à l'originalité singulière nous entraîne à la découverte d'une ribambelle de personnages plus ou moins loufoques – interprétés par des guests de choix – gérant chacun à leur façon les dernières semaines avant l'Apocalypse. Le duo est touchant, efficace, on ressent bien le désespoir ambiant couplé au besoin d'optimisme, et l'on s'agrippe à cette "amitié" et leur quête afin que pour nous aussi les jours comptés passent mieux. Véritable réflexion sur nous-mêmes et les choses essentielles de la vie – certes un peu cliché –, le film joue incroyablement bien l'ascenseur émotionnel pour nous laisser un sentiment qui s'avérera difficile à effacer après le bouleversant final.

The End (2012)
Sous ses premières allures de film de retrouvailles de potes séparés depuis 20 ans suite à un mystérieux évènement, The End cache un scénario aventuro-fantastique qui n'aura hélas aucune réponse, seulement quelques pistes qui n'aboutiront pas à une théorie valable. Plus une réflexion sociale ou une allégorie nihiliste qu'un thriller comme il a été vendu, il offre de magnifiques paysages et un suspense captivant drapés dans une belle réalisation malgré son petit budget et une certaine linéarité narrative. Je ne sais si le livre dont il a été adapté est plus révélateur mais sans l'ombre d'une explication, on ne peut qu'être déçu par la finalité, surtout après la beauté du chemin parcouru. C'est d'ailleurs Clara Lago qui l'illumine le plus, à défaut de faire renaître les étoiles qui s'éteignent.

C'est la Fin (2013)
Sous réserve de bien connaître le cinéma d'Apatow, les films, la vie et la médiatisation de ses acteurs fétiches afin de déceler un maximum de références et private jokes, C'est la Fin est une tuerie hilarante portée par une bande d'amis de longue date jouant les caricatures d'eux-mêmes, ou plutôt celles que la presse leur donne. Une fois que l'on s'est familiarisé avec cette particularité déroutante, leur incroyable autodérision devient magique avec des blagues en-dessous de la ceinture et gay-friendly à foison. Le plaisir que Seth Rogen, Jay Baruchel, James Franco (mention spéciale), Jonah Hill, Craig Robinson et Danny McBride prennent à jouer ensemble transpire à grosses gouttes de l'écran et l'on rit à gorge déployée malgré quelques ratages dont une fin plutôt kitsch et bâclée. Les caméos et seconds rôles sont excellents avec notamment une terrible Emma Watson, un énormissime Channing Tatum et un Michael Cera tombeur. Avec ses bonnes idées ainsi que son côté délicieusement méta et finement atypique, ce total délire sans aucune espèce de limite fait également office de critique de la mégalomanie des stars dont la mort de certaines nous remplit de joie. Qui a parlé de Rihanna ?

How I Live Now (2013)
Débutant dans l'innocence lors de l'arrivée d'une adolescente rebelle chez ses cousins dans la campagne anglaise, How I Live Now prend un tournant à mi-chemin lorsqu'éclate la Troisième Guerre mondiale dans une scène à l'impact émotionnel sidérant. Séparation, douleur, violence, le moment des choix et de la maturité survient soudainement avec l'horreur de la guerre dont on ne saura absolument rien – et c'est sûrement mieux ainsi vu son absurdité. L'accent est donc mis sur la quête de Daisy, motivée par l'amour, forcée d'évoluer et de combattre ses démons intérieurs pour protéger les siens dans cet environnement transformé où tout et tout le monde est hostile. Tantôt austère, tantôt naïve, la réalisation est pleine de sensibilité et de poésie malgré une dureté qui fait tout le sel du film, reposant totalement sur les épaules de Saoirse Ronan qui l'irradie par son humanité, rendant l'ensemble réaliste. Kevin MacDonald a vraiment bien su gérer les ruptures de ton, bouleversant les émotions tout en exposant une photographie des plus réussies et attirantes.

Conclusion
Malgré ce que je savais de cette sélection, je ne m'attendais pas à des traitements aussi originaux de la fin du monde. Romantique, fantastique, drôle et dur, aucun des films n'a été classique et tous se sont donc avérés très surprenants. Une préférence tout de même pour Jusqu'à Ce Que la Fin du Monde Nous Sépare et C'est la Fin grâce à leur côté comédie désamorçante.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Benjamin Gates (1) et le trĂ©sor des Templiers
MessagePubliĂ©: 14 Nov 2015 13:31 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Hier soir....

Benjamin Gates (1) et le trésor des Templiers

Revue avec plaisir.

ce soir la suite :lol:


4/5



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 14 Nov 2015 14:28 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Toujours bon le Benjamin Gates, le premier en tout cas :mrgreen:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 14 Nov 2015 18:53 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
gregbond007 a Ă©crit:
Toujours bon le Benjamin Gates, le premier en tout cas :mrgreen:



viens de voir tout juste le 2 et pas mal aussi, ont prends les mêmes et on recommence, sauf le méchant qui n'est pas le même, échant bien moins que dans le 1 :lol:

pour le 2: 3.9/5



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 20 Nov 2015 10:43 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Après les terribles évènements parisiens et les sujets de mes deux dernières semaines, je me suis dit : "Assez de morts !!!". Le thème hebdomadaire était donc tout trouvé : "Grossesses et bébés".

Baby Mama (2008)
Le Saturday Night Live en puissance ! Traitant d'une histoire d'enfant par mère porteuse, Baby Mama est une comédie (trop) classique au scénario cousu de fil blanc, tenant essentiellement grâce à son duo d'actrices principales : Tina Fey et Amy Poehler. Là où la première est l'incarnation parfaite de la business woman quasi-quarantenaire attachante, la seconde mérite tout autant les louanges par son insouciance et sa multiplication des frasques. Le potentiel comique et la complicité des deux femmes se ressentent allègrement à l'écran, surtout que d'autres personnages de choix viennent leur prêter main forte dont une Sigourney Weaver toujours très remarquée lors de ses courtes apparitions. Encore trop méconnues en France, Tina et Amy nous font passer un agréable moment tout en légèreté.

Away We Go (2009)
Autant balade que ballade, Away We Go nous emmène sur les routes d'Amérique en compagnie d'un couple on ne peut plus ordinaire en quête d'un lieu pour s'installer et d'un modèle familial pour leur futur enfant. Mais ceux qu'ils prenaient pour des gens équilibrés se révèleront avoir chacun leurs problèmes, l'idéal n'étant qu'utopie. Construit autour d'une suite de saynètes aussi répétitives dans la forme qu'adroites dans le fond, le voyage est porteur d'une atmosphère mélancolique, miroir parfait des sentiments éprouvés par Burt et Verona, interprétés tout en justesse et en retenue par John Krasinski et Maya Rudolph. Cette simplicité dégagée par le jeu et la réalisation engendre une proximité immédiate, une affection particulière pour ces deux "paumés" cherchant ce qu'il y a de plus banal au monde : le bonheur. Et la bande originale, embrassant euphoniquement les images, reflète cet état ambiant partagé entre optimisme fantasmé et désenchantement favorable. Doux et dingue, sensible et touchant, débordant d'amour et d'espoir dans une planante légèreté contrariée, le métrage réussit à ne rien imposer... ce qui sera peut-être son seul "défaut" car les larmes n'arrivent pas à venir.

Bébé Mode d'Emploi (2010)
Prévisible dès l'introduction montrant le pire rencard de tous les temps, Bébé Mode d'Emploi n'en demeure pas moins très appréciable puisqu'il mélange à la comédie un soupçon de drame. Mais cette force est également son défaut : Greg Berlanti n'osant pas aller à fond dans son sujet, on ne rit ni ne pleure finalement beaucoup alors qu'il aurait clairement pu se démarquer en développant davantage l'aspect dramatique. Cependant, même sans ce penchement plus affirmé, le film est excellent, en particulier grâce à son casting crédible composé par une Katherine Heigl au top, Josh Duhamel au début de sa période comédies romantiques et quelques guests qui font toujours plaisir à voir. Evitant le gnangnan, on passe un super moment dans une narration bien construite avec ses situations pas trop poussives pour le genre et une bande son agréable. Un petit bonbon qui aurait pu avoir un cœur caramel salé plus prononcé mais qui reste un délice.

3 Colocs et 1 Bébé (2011)
Difficile d'élever un enfant quand on est une jeune mère célibataire qui voudrait encore profiter de sa jeunesse, c'est ce que Krysten Ritter nous illustre dans 3 Colocs et 1 Bébé (adaptation pourrie du titre Life Happens). Le casting féminin ultra attirant complété par Kate Bosworth et Rachel Bilson sera finalement le point fort du film mais la dernière ne servira absolument à rien, si ce n'est faire rire par son rôle de vierge 100% cliché. Convaincant, le duo principal formé par Kate et Krysten prend donc toute la lumière et nous offre quelques belles scènes drôles et touchantes dont certaines avec les deux mâles de l'histoire, Geoff Stults et Justin Kirk (avec moustache !). Tout cela est très joli à regarder, on sourit, on rit, mais même si le scénario prend un peu plus de profondeur au fil du temps, il ne décollera pas assez pour donner un grand film. Sympathique et charmant, c'est déjà pas mal !

Conclusion
Une semaine plus légère fait vraiment du bien, ça vide la tête. Une nouvelle fois, les quatre films sont très différents dans leur traitement, le ton et les situations, le chef-d'œuvre étant de toute évidence Away We Go même si j'ai l'impression d'être un peu passé à côté. A revoir dans pas trop longtemps...


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: >>> Destination Finale
MessagePubliĂ©: 20 Nov 2015 12:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Commencé hier soir....

>>> Destination Finale

Revue en Blu-Ray avec plaisir, nombreux bonus sur cette Ă©dition


3/8/5



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 27 Nov 2015 23:08 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Après une mise en bouche la semaine dernière avec Away We Go, j'ai entamé le reste... alors voici le thème : "Mendes, Sam Mendes".

American Beauty (1999)
Première réalisation de Sam Mendes, American Beauty nous emmène dans les faux-semblants d'une famille dysfonctionnelle dont la mère est castratrice, le père un looser et la fille une freak. Leur routine plus ou moins équilibrée va voler en éclats lorsque Lester (le père) découvrira la copine de sa fille, jouée par Mena Suvari prenant à contre-pied son rôle d'American Pie. Baigné dans les pétales de rose, le fantasme qu'elle incarnera va déclencher en lui un réveil soudain semblable à l'éclosion d'une fleur aux premières lueurs du jour. C'est donc en pleine crise d’adolescence que Kevin Spacey tentera tant bien que mal de reprendre sa vie en main, offrant une prestation subjuguante sur le fil entre comédie et drame. On retrouve dans le scénario la patte incomparable d'Alan Ball, sublimée par la mythique bande originale et la mise en scène d'une incroyable beauté. Le film est une œuvre d'art à l'esthétique parfaite qui mêle cadrages travaillés et utilisation appuyée des couleurs mettant en avant quantité de symboles notamment révélateurs de la psychologie des personnages. Il faut savoir apprécier chaque image comme chaque instant de la vie, c'est en quelque sorte le message véhiculé et reflété par un sac en plastique qui lui aussi aurait mérité son Oscar... mais 5, c'est déjà pas mal !

Les Sentiers de la Perdition (2002)
D'une transcendante élégance, Les Sentiers de la Perdition illumine dès ses premiers instants par sa photographie installant l'atmosphère adéquate, à la fois austère et attirante. La mise en scène respire Sam Mendes dont on reconnait l'usage répété des reflets afin de jouer avec le spectateur ou d'exprimer quelque chose. Chaque plan, chaque cadre, chaque mouvement de la caméra est réalisé avec style, sans jamais donner l'impression d'être banal ou là par hasard. A ce titre, le final est éblouissant, la pluie jouant encore un rôle primordial après American Beauty. La musique est elle aussi mémorable, elle accompagne les images avec grâce et fluidité tout en soulignant de manière plus brutale les moments forts. Le scénario a beau être classique, la forme rend le film absolument magistral avec des interprétations très solides, Tom Hanks et Jude Law en tête, et une ambiance noire qui prend aux tripes. En bref, une vendetta puissante en émotions, confirmant le talent du cinéaste pour habiller des histoires communes en haute couture.

Jarhead (2005)
Avec sa photographie terne, brûlée et rarement colorée, Jarhead dénonce l'absurdité de la guerre, l'embrigadement totalement aveugle des Marines dans un conflit dont ils ne sont que des machines formées à tuer et obéir sans discuter, sans comprendre leur véritable rôle dans cette immense stratégie militaire qui les dépasse. C'est donc essentiellement la psychologie qui sera traitée d'une main de maître à travers un bataillon lobotomisé, gagné par l'ennui et la frustration dans l'attente d'un vrai combat pendant que ses hommes perdent tout ce qu'ils ont laissé au pays. Sam Mendes arrive encore à surprendre en réalisant un film de guerre sans guerre mais qui laissera autant de traces indélébiles chez ses soldats que chez le spectateur. Avec humour, cynisme, pétages de plombs mais surtout réalisme, il retranscrit tout en finesse cette partie méconnue de la guerre à l'aide d'une mise en scène toujours remarquable, parfaitement axée sur les émotions des personnages dont un Jake Gyllenhaal (se) touchant. La beauté des plans, lourds de sens, et de certaines séquences dans le désert est époustouflante, et l'on appréciera les références, trop marquées toutefois, aux films monuments du genre. Semper Fi !

Les Noces Rebelles (2008)
On se demande si Sam Mendes n'avait pas une dent contre sa femme (Kate Winslet) pour lui faire endurer la vie qu'elle mène dans Les Noces Rebelles... En couple bien rangé en apparence avec Leo DiCaprio, celle-ci voudrait quitter sa vie morne et ennuyeuse pour s'installer à Paris, lieu idéal pour tout recommencer. Mais la volonté et les paroles ne suffisent pas quand le courage manque, et les dissonances existant depuis toujours reviennent davantage en surface. Cette incompatibilité chronique et voilée est idéalement traduite au fil des plans, le cinéaste aimant évoquer grâce à la mise en scène les oppositions et les sentiments de ses personnages. Mais si l'on voit parfaitement cette tristesse et cette solitude face à la désillusion, on ne se sent pas concernés pour autant car c'est plutôt la pitié qui prend le pas sur tout le reste, Frank et April étant trop ancrés dans leur monde de faux-semblants pour que l'on puisse compatir (surtout avec lui). On assiste donc à leur déchéance sans pouvoir vraiment la vivre avec eux : ils restent vis-à-vis du spectateur aussi bien isolés physiquement qu'hermétiques émotionnellement. L'interprétation des deux acteurs est en revanche l'immense point fort, suivie par la musique toujours magnifique de Thomas Newman qui ajoute une autre dimension aux images. Néanmoins, la beauté artistique s'avère trop glaciale pour nous réchauffer.

Conclusion
Filmographie de Sam Mendes terminée ! Du cru millésimé même si Les Noces Rebelles m'a fait ni chaud ni froid là où Les Sentiers de la Perdition m'a littéralement transporté. On retiendra une mise en scène particulièrement superbe, reconnaissable et millimétrée, les bandes originales de Thomas Newman et la photo de Conrad L. Hall qui se fera regretter après Les Sentiers de la Perdition. Avec des films très axés sur la psychologie, on comprend mieux pourquoi il a réalisé les derniers James Bond que je verrai désormais d'un autre œil.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Kingdom of Heaven
MessagePubliĂ©: 28 Nov 2015 08:58 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Hier soir....

Kingdom of Heaven

Blu-Ray Steelbook Ultimate Limited Edition" Import UK

et en version Cinéma (en VF), les autres versions présente "Director’s Cut et Director’s Roadshow sont en VO avec ST-F

Superbe film a voir ou a revoir

superbe image et très bonne piste son (VF)

4.8/5


:jap: :lover:



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 05 DĂ©c 2015 11:21 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
On arrive petit à petit à 150 films mais avant... un sujet que je voulais traiter depuis très longtemps : "L'animation en stop motion" (+ bonus)

James et la PĂŞche GĂ©ante (1996)
Trois ans après son chef-d’œuvre ultime, L'Etrange Noël de Monsieur Jack dont il fera ici un petit clin d'œil, Henry Selick adapte à l'écran un roman de Roald Dahl : James et la Pêche Géante (et la Grosse Pêche). L'univers est donc loufoque, enfantin, poétique et respire la patte Tim burtonienne dans le design de ses marionnettes puisque c'est évidemment le studio des deux hommes qui est derrière le projet. Complètement barrée à l'image de ses personnages insectes aux caractères propres, l'histoire n'en est pas moins simple et linéaire, débordant de bons sentiments d'amitié, d'entraide et d'acceptation des différences, exprimés par l'intermédiaire de péripéties bien trouvées couvertes par les chansons et la musique de Randy Newman. Le stop motion est toujours maîtrisé mais ce sont les prises réelles qui pèchent par leur côté trop brouillon et maladroitement réalisé. Le conte est alors plus beau avec des yeux d'enfant, pleins de naïveté et d'imagination... surtout que personne ne parle de ces pauvres mouettes torturées, gelées, fatiguées, constipées et affamées. Mais que fait BB ?!

Coraline (2009)
Véritable merveille créative sur tous les plans, Coraline happe le spectateur dès les premières secondes dans son monde à l'esthétique ultra léchée et particulière, mêlant féérie et macabre avec un soin à tomber. Les décors sont superbes et inventifs, leurs textures précises et les personnages expressifs et fignolés comme jamais. La technique est infaillible autant dans la réalisation que l'animation en stop motion, une virtuosité à toute épreuve offrant des moments aussi délicieux de beauté que terrifiants de sinistre. Thématiquement riche, le scénario tiré d'un conte se révèle mature, mystérieux et passionnant, avec ses personnages, humains comme animaux, farfelus et attachants dont la fabuleuse Coraline dotée de la voix de la petite Dakota Fanning. Si les compositions musicales ont le chic pour ajouter une touche dans le mysticisme, le gros du travail est opéré par l'ambiance, le design, tous ces jeux dans les formes, les lignes, la lumière et les couleurs. A la fois rêve et cauchemar pour l'héroïne qui ne veut pas de boutons à la place des yeux, c'est pour nous un rêve permanent sur lequel il serait dommage de les fermer.

L'Etrange Pouvoir de Norman (2012)
Sous le titre français moisi L'Etrange Pouvoir de Norman se cache un film en stop motion d'une beauté exceptionnelle. Les studios Laika se perfectionnent encore après Coraline et livrent un travail d'orfèvre dans la conception des personnages, la confection des décors et dans l'animation de tout ce petit monde que l'on croirait vraiment (mort-)vivant. De par ses changements de ton au fil des actes, le scénario prend du galon pour finir en apothéose dans une magnifique scène à la morale convenue mais faisant toujours mouche, surtout avec cette esthétique. On ne peut qu'être admiratif face à la direction artistique, les environnements et les protagonistes étant très nombreux, l'action bien présente et tout cela mêlé à des CGI de la mort se mariant parfaitement aux images. Une superbe réussite qui ne sort clairement pas d'outre-tombe, pleine d'humour et de références aux standards d'horreur.

Les Boxtrolls (2014)
Les monstres ne sont pas forcément ceux qui y ressemblent le plus, c'est en quelque sorte la base du scénario des Boxtrolls, vue et revue depuis la nuit des temps mais particulièrement bien transposée dans cette petite ville au style victorien. L'architecture et les costumes sont donc très grandiloquents mais les studios Laika repoussent encore les limites avec un niveau de détail exceptionnel, des décors toujours plus immenses et des scènes d'une complexité jamais atteinte en stop motion. On atteindrait presque la perfection si de légers petits couacs d'animation ne nous sortaient pas parfois du rêve. Les personnages des Boxtrolls sont très marrants, les "héros" humains attachants mais... c'est quoi cette histoire de fromage complètement grotesque ?! Sur ce fond de lutte des classes et de préjugés fondés sur le physique et la rumeur, l'envoûtement est donc en majorité technique, un pur éblouissement pour une réalisation aussi fine sous tous ses aspects. Le stinger clôt d'ailleurs le générique en beauté sur une note philosophique.

Conclusion
Le stop motion est vraiment un genre bien à part et très sous-estimé. Le spectateur ne se rend pas compte du travail abattu et de l'ingéniosité dont il faut faire preuve pour figer chaque image de l'action au point qu'être animateur doit être terriblement ingrat. C'est lorsque l'on regarde les bonus que l'on réalise la minutie infinie employée par ces passionnés pour créer tous ces décors, ces personnages, chaque expression des visages et ces accessoires en modèle réduit traités avec autant de détails que le reste alors qu'on les verra que quelques secondes. Un boulot de dingue pour un charme infini grâce à ces "travailleurs de l'ombre". Concernant les films, Coraline et ParaNorman ont ma préférence. J'ai découvert les studios Laika et vais désormais les suivre de près. Ravi d'avoir réentendu les voix de Dakota et Elle Fanning, ainsi que celle d'Anna Kendrick, sans compter que tous ces Blu-ray, mis à part celui de James et la Pêche Géante, sont d'une qualité top démo sans aucun défaut.


Bonus hors-sujet : Numéro 9 (2009)
Coproduit par Tim Burton, Numéro 9 est l'adaptation longue du court-métrage éponyme de Shane Acker par Shane Acker. Pris d'emblée dans l'action, l'impression que tout va trop vite se fait ressentir et le manque d'explications viendra confirmer cet état de fait qui nous laissera interpréter par nous-mêmes selon plusieurs niveaux de lecture. Le film est absolument magnifique techniquement : l'esthétique parfaite, les décors en ruines, la masse de détails partout, les objets et robots créés de bric et de broc, la gestion de la lumière, l'étalonnage changeant des couleurs, la modélisation et l'expression des poupées, la conception et l'animation des machines, etc. Dans cet univers très sombre et désespéré, de nombreuses influences cinématographiques, historiques et mythologiques sont identifiables mais l'ensemble n'en demeure pas moins original pour une œuvre de ce type. Le monde étant observé du point de vue des poupées, tout nous parait immense et effrayant. On déplore cependant des personnages très stéréotypés qui pourraient néanmoins s'expliquer par le scénario, et un manque d'empathie envers le héros qui a gravement joué au con dès son réveil. Tous les mêmes, ces héros...


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 05 DĂ©c 2015 17:40 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Hier soir un bon petit Western de John Wayne

>>> RĂ­o Lobo

4/5


:lol: :jap:



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 06 DĂ©c 2015 09:27 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Hier soir un autre (bon) Western du "Duke" :mrgreen:

L'Homme qui tua Liberty Valance (en Blu-Ray)

Pour le film > 4.2/5
Pas mal ce Western avec 2 autres bons acteurs

Pour les voix > 0/5 :shock:
VF redoublée, :evil: Raymond Loyer doubleur attitré de John Wayne remplacé par Marc Alfos (Russel Crowe) et toutes les autres voix d'époque ont été remplacées par des voix modernes...
Pourquoi ne pas avoir pris les voix (les vraies) de la version DVD

Pour les bonus > 0/5
Aucun bonus, mĂŞme pas une BA :|
Pourtant des bonus existes sur l'Ă©dition US



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 06 DĂ©c 2015 11:13 

Inscrit le: 07 Oct 2015 02:00
Messages: 609
Localisation: Larmor plage
He ben mauvaise Ă©dition :(


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 06 DĂ©c 2015 11:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Fait partie d'un coffret '"John Wayne" acheté pas cher (10€) lors du "vendredi noir" sur amazon.es

donc pas trop de regrets :lol:

Image



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 06 DĂ©c 2015 18:51 

Inscrit le: 07 Oct 2015 02:00
Messages: 609
Localisation: Larmor plage
Mdr ça va alors


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 11 DĂ©c 2015 12:27 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Il fallait que ça arrive un jour : des films français ! VADE RETRO SATANAS !!! Parmi le peu que j'en achète, le thème était tout trouvé mais j'attendais ma Louane pour commencer : "Jeunes filles de France".

Jeune & Jolie (2013)
Quatre saisons dans la vie d'Isabelle, adolescente de 17 ans et prostituée à ses heures perdues, c'est ce que raconte Jeune & Jolie avec énormément d'esthétisme et de poésie. Ozon a osé flirter avec les limites du malsain sans jamais dépasser le dérangeant, apportant ainsi un très bel équilibre, une connexion maintenue avec le spectateur qui conserve un regard réprobateur en même temps que d'amour envers cette fille dont on ne parvient pas à cerner les réelles motivations. Si son parcours lui permet d'évoluer, la mélancolie qu'elle émane va perdurer jusqu'à un grandiose épilogue sublimé par Charlotte Rampling. Marine Vacth est la perfection absolue pour ce rôle, l'objet d'un voyeurisme protecteur, une mystérieuse fleur cherchant sa lueur pour éclore, arrosée d'une mise en scène juste et élégante responsable d'une certaine distanciation sur un film qui semble déchargé de tout jugement, intrigant et prégnant.

Les Combattants (2014)
Vivre à la dure en marginal, ça me connait et c'est pourquoi Les Combattants m'a littéralement transporté, notamment grâce à Madeleine dont je pouvais comprendre chaque réaction. Loin des productions françaises calibrées, Thomas Caillet a mis en scène une véritable aventure ancrée dans une réalité poignante sans pourtant exploiter au maximum son sujet, seul regret. Adèle Haenel et Kévin Azaïs sont tout simplement magnifiques et se complètent dans une alchimie agrippante : elle, froide mais faillible, lui, fort mais sensible. Leur histoire, aussi comique que belle, reste jusqu'au bout emplie de justesse et de sincérité, laissant tous les artifices de côté dans la relation comme la réalisation qui respire le naturel. Les sensations de liberté et de sérénité ressenties sont un défoulement viscéral. Le charme opère par le mélange des genres, l'habileté de l'écriture et de sa construction, cette simplicité toute relative et légère dont on a que peu l'habitude. Et tout le film est basé sur cet effet de surprise : se préparer à quelque chose dont on ne sera finalement jamais préparé avant de l'avoir véritablement vécu. Une pure merveille !! ♥

Lou ! Journal Infime (2014)
Avec Lou ! Journal Infime, Julien Neel porte lui-même sa bande dessinée à l'écran avec plus ou moins de réussite – je ne peux en juger puisque je ne l'ai pas lue. L'univers ultra coloré hors du temps, la mise en scène découpée et les répliques cash reflètent bien l'image du support original et changent radicalement des productions habituelles formatées. Agréablement fantasque et tendre, sucré tout en étant acidulé, on s'étonne par tant de créativité à condition d'être assez ouvert pour entrer dans l'esprit délirant de cette famille composée de personnages plus loufoques les uns que les autres. Le point fort revient sans hésitation à la toute jeune Lola Lasseron que l'on aimerait de suite adopter (avec son bonnet ours), véritable bouffée d'oxygène et de fraicheur s’intégrant magnifiquement à ce monde de barbe à papa. Malgré ses bonnes idées, le scénario reste faiblard et téléphoné, renvoyant davantage le film à une mignonne expérience sous marshmallows au LSD qu'à un incontournable du cinéma français.

La Famille BĂ©lier (2014)
Ne se contentant pas de n'enfoncer que les portes ouvertes, La Famille Bélier est une belle prouesse distinguée par la prestation de sa distribution, le traitement de la surdité dans la mise en scène et la voix de Louane que j'adore depuis son premier casting à The Voice. Si les touches d'humour sont parfois trop forcées dans une narration prônant plutôt le naturel, on se laisse prendre au jeu par l'histoire toute tracée, découvrant avec sourire les situations du quotidien des sourds comme la vie lycéenne de Paula avec tous ses petits soucis. Pas trop tire-larmes ni centré sur les chansons, le film équilibre bien ses sujets malgré des maladresses dans les ellipses et quelques scènes. Si vos oreilles ne rejettent pas le répertoire de Michel Sardou – qui a dû ensuite redécoller dans les ventes –, elles devraient en apprécier les reprises chorales et louanesques. Drôle, touchant et vrai, on en ressort avec la banane et l'heureuse sensation de mieux comprendre le monde du handicap auditif, la performance en revenant à la subtile sensibilisation.

Conclusion
Avec cette petite sélection que je savais plaisante à mes yeux, je me réconcilie avec le cinéma français... mais j'ai évité les acteurs et actrices que je ne pouvais pas voir. Mon gros coup de cœur a été pour le très original Les Combattants, chacun des films étant d'ailleurs assez particulier et heureusement sans déception : mon choix était donc bon, ouf ! Toutes ces jeunes actrices sont à suivre de très près et je pense m'ouvrir un peu plus à mon pays, en donnant sa chance par exemple à Klapisch mais pas aux comédies beaufs qui doivent représenter la moitié des productions récentes connues hexagonales. Je ne demande en revanche qu'à changer d'avis :)


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Hier soir "Hook"
MessagePubliĂ©: 11 DĂ©c 2015 12:43 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Avr 2013 02:00
Messages: 4651
Localisation: Cartama Andalousie Spain
Hier soir "Hook"

en Ă©dition Blu-Ray "Steelbook" en Import Italie

pour le film > 4/5
Ă  voir ou revoir avec plaisir

pour le boitier "Steelbook" > 5/5
très beau boitier et avec pas mal de relief

pour les bonus > 1/5
Aucun bonus sur cette Ă©dition, pas normal :evil:
Ci 1 pour l'Accès BD-Live



_________________
Voir mes boutiques sur: PriceMinister et eBay
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 11 DĂ©c 2015 19:27 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 FĂ©v 2004 01:00
Messages: 8563
Localisation: paris
gregbond007 a Ă©crit:
Il fallait que ça arrive un jour : des films français ! VADE RETRO SATANAS !!! Parmi le peu que j'en achète, le thème était tout trouvé mais j'attendais ma Louane pour commencer : "Jeunes filles de France".

Je n'ai que Les combattants dans ces 4 films mais je ne l'ai pas encore vu. Ta critique fait envie, il va gagner quelques places dans la pile de mes films "A voir". :bien:
Tu as oublié de nous parler des boitiers ? Doux au toucher ? :mrgreen: :wink:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 11 DĂ©c 2015 20:49 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Juil 2005 00:00
Messages: 2199
Localisation: Nort sur Erdre
Pour ma part, je n'ai vu que Jeune & Jolie, que j'ai aussi beaucoup aimé.

Tu m'as donné envie de voir les autres ... je les note dans ma wish list :bien:

En tout les cas, tes critiques sont toujours bluffantes de richesse et d'Ă©motion... Merci :jap:



_________________
Moi j'fais dans l'sonore et dégueulasse, c'est mon style !! ma dvdthèque // mes nonos
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 11 DĂ©c 2015 23:53 

Inscrit le: 26 Oct 2006 00:00
Messages: 12766
Localisation: Andalousie
Je suis d'accord ... :bien: :jap:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 12 DĂ©c 2015 07:55 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Avr 2003 00:00
Messages: 67
Localisation: Toulon
gregbond007 s'est toujours un plaisir de te lire toujours d'excellentes critiques ;)



_________________
[img]http://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xap1/v/t1.0-9/10406756_492481150907303_7883608504093496949_n.jpg?oh=1f8bc303f3dbe12084a87c2e2b13d2d0&oe=55F55F27[/img]
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 12 DĂ©c 2015 10:52 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
Vous allez me faire rougir :jap:
En écrivant, ça me donne l'impression de partager mes visionnages alors merci à vous surtout :bien:

yannickv a Ă©crit:
Tu as oublié de nous parler des boitiers ? Doux au toucher ? :mrgreen: :wink:

Le seul boitier doux au toucher, ce serait celui-ci... avec des morpions en prime :mrgreen:
Image


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 12 DĂ©c 2015 11:47 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Juil 2005 00:00
Messages: 2199
Localisation: Nort sur Erdre
non tu as aussi celui-ci
Image

et dans une moindre mesure, celui lĂ 

Image

:lol: :lol:



_________________
Moi j'fais dans l'sonore et dégueulasse, c'est mon style !! ma dvdthèque // mes nonos
Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 12 DĂ©c 2015 13:57 

Inscrit le: 02 Avr 2013 02:00
Messages: 1131
:lol: :lol:


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: DERNIER DVD VisionnĂ© ???
MessagePubliĂ©: 13 DĂ©c 2015 12:00 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Mars 2007 02:00
Messages: 1509
Très belles critiques (comme toujours).
Après t'avoir lu, je vais certainement regarder "Lou" (le seul des 4 que je n'ai pas vu).
Et pour les boitiers "doux au toucher", il y a celui ci aussi... d'un orange d'aussi bon goût que le personnage du film :mrgreen:
Image



_________________
Come back with your shield or on it !!!
Hors-ligne
 Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis:  Trier par  
 Page 415 sur 432 [ 10791 messages ]  Aller Ă  la page PrĂ©cĂ©dent  1 ... 412, 413, 414, 415, 416, 417, 418 ... 432  Suivant


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers: